Portugal

Un week-end à… Lisbonne

16 janvier 2017

J’ai eu l’occasion de me rendre deux fois à Lisbonne pour y passer un (long) week-end : la première fois, c’était en mars 2015, avec ma famille et ma belle-famille. J’ai eu un tel coup de cœur pour cette ville que j’y ai embarqué mes amis pour y repasser quelques jours en novembre 2016. Et je compte bien y retourner dès que possible. Oui, parce que c’est relativement clair, j’adore cette ville. Il y fait bon vivre, les lisboètes sont très accueillants, il n’y a pas de foule ou de gens pressés, tout le monde prend le temps de vivre. Bref, Lisbonne reçoit officiellement la mention « j’aimerais y vivre ».

Info : Lors de ma première visite, en 2015, je n’avais que mon malheureux téléphone pour prendre des photos. Toutes ne seront donc pas de qualité.

Que faire en trois jours

Si vous n’avez que peu de temps à passer à Lisbonne, voici un petit condensé qui vous permettra d’en voir le meilleur (et mes lieux préférés, of course).  Si vous n’y restez que deux jours, vous pouvez sacrifier, au choix, la deuxième ou la troisième journée.

Jour 1 : le Centre-ville historique

La visite du centre-ville de Lisbonne peut démarrer par la Praça Luís de Camões (métro Baixa-Chiado), dans le quartier du Chiado. A 5 minutes à pied de la place se situe le Convento dos Carmos (Couvent des Carmes). Détruit par un tremblement de terre en 1755, il n’a jamais été reconstruit et il est donc possible de visiter ses ruines. Malheureusement pour nous, il était exceptionnellement fermé lors de notre visite.

En retournant par la rua da Misericòrdia, on passe devant l’igleja da São Roque et son musée, avant d’arriver au miradouro de São Pedro de Alcantara, qui offre un panorama sur tout Lisbonne.

De là, on accède à l’Elevador da Glòria, le deuxième funiculaire le plus ancien de la ville (3,50 € aller-retour), qui descend jusqu’à la Place Restauradores. Il ne vous reste plus qu’à marcher quelques minutes pour arriver sur la Praça Rossio (appelée également la Praça Dom Pedro IV) et la Praça da Figueira. Ces places sont entourées de ruelles pavées, de la rua Augusta à la rua da Madalena, remplies de petits restaurants bon marché pour déjeuner (le mieux étant d’éviter de manger sur les places en elle-même, véritables attrape-touristes).

Après manger, on reprend la route vers la Praça do Comercio, l’un des lieux emblématiques de la ville. Elle est entourée d’un côté par l’Arc de Triomphe de Lisbonne, qui donne sur la rua Augusta (ticket pour y monter : 3 €) et de l’autre par le Tage. A chacune de mes visites, j’ai passé un long moment, assise sur les quais, à écouter les groupes de musique jouer.

De la Place du Commerce, il est possible de rejoindre le Castelo Sao Jorge (entrée : 7,50 €) par le mythique tramway n° 28 ; en réalité, je vous conseille de prendre directement un taxi (environ 5 / 6 €), car le tramway est souvent plein à craquer et qu’il ne dépose pas directement à l’entrée du Château. Une fois au Château, vous pouvez compter une bonne heure pour en faire le tour.

Les remparts Sud offrent une vue imprenable sur le Tage ; au coucher du soleil, installez-vous sur la terrasse du restaurant, sur les remparts Est, pour admirer les illuminations de toute la ville. Le restaurant est généralement fermé le soir, mais les chaises restent dehors. Il ne vous restera plus qu’à redescendre tranquillement pour dîner autour de la Praça do Comercio.

Les plus sportifs pourront aussi entamer la montée vers le Château à pied ; il faut compter environ 15 minutes au milieu d’étroites ruelles pour arriver à destination. L’avantage de cette solution est qu’on peut alors passer devant la Cathédrale Sé, superbe avec la lumière de la fin de journée.

Manger vegan à Lisbonne

Le restaurant vegan le plus connu de Lisbonne est le Jardim Das Cerejas (36 rua Calçada Sacramento), qui propose un buffet vegan à volonté, qui change tous les jours pour une dizaine d’euros (ouvert midi et soir, dans le quartier Baixa), dans une ambiance un peu cantine. Leurs desserts, aussi végétaliens, sont à tomber (non compris dans le buffet, 2 € la part).

Nous avons aussi dîné au restaurant A Velha Gruta (1B rua Da Horta Seca), sur la Praça Luís de Camões, tenu par des français (nous l’avons appris par hasard). Nous y avions commandé un burger végétarien, avec des aubergines grillées en guise de steak, qui était à tomber. Il suffit de l’adapter en enlevant le fromage et la sauce. Nos amis, qui ont commandé des plats omni, se sont également régalé.

Jour 2 : Belém

Le quartier de Belém abrite les deux monuments de Lisbonne qui sont classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO : la Torre de Belém et le Mosteiro dos Jerónimos. Le quartier se situe un peu à l’écart du centre-ville et est accessible en tramway. Les deux fois où j’ai tenté de le prendre, il était tellement bondé que nous avons fini par prendre un taxi (environ 15 €). Dans ce cas, je vous conseille de vous faire déposer directement au niveau de la Tour de Belém, pour revenir ensuite à pied vers les autres monuments.

Bon à savoir : l’ensemble des monuments de Belém est gratuit le dimanche jusqu’à 14 h.

La Torre de Belém (ticket : 5 € adulte / 4,50 € étudiant), construite pour défendre le port de Lisbonne, permet de voir le Tage se jeter dans l’Océan Pacifique. Elle est composée de plusieurs niveaux et terrasses, accessibles depuis un escalier étroit et dont la montée et la descente sont chronométrées par les employés pour éviter les embouteillages.

De là, l’idéal est de remonter par les quais jusqu’au Padrão dos Descobrimentos (Monument des Découvertes), érigé en hommage à l’époque des Découvertes et aux grands explorateurs, dont Vasco de Gama. Il est possible de monter à son sommet, à 52 m de hauteur, mais nous ne l’avons pas fait. En plus, il était en travaux lors de notre visite, alors je n’ai pas de photo intéressante de lui.

De l’autre côté du boulevard (un souterrain permet aux piétons de le traverser) se trouve la Praça do Império, avec sa fontaine, puis le célèbre Mosteiro dos Jerónimos (Monastère des Hiéronymites). Si, de l’extérieur, il est absolument magnifique et a l’air immense, je ne conseille vraiment pas de payer 8 € pour visiter l’intérieur : la visite concerne uniquement une petite cour carrée et… c’est tout. Alors, c’est sûr, la cour est vraiment belle, mais comparé à ce qu’on peut voir de dehors, c’est la déception assurée.

En continuant à remonter la rue principale, on arrive au niveau de nombreuses boutiques et restaurants. S’il fait beau, le Jardim do Ultramar, le Jardim de Belém et le Jardim Afonso de Albuquerque se prêtent parfaitement à une promenade (ou une sieste dans l’herbe).

Manger vegan à Belém

Il y a pas mal de restaurants sur la rua de Belém ou la rua Vieira Portuense ; vous y trouverez forcément votre bonheur. De notre côté, nous avons mangé au restaurant Honoraro (116 / 118 rue de Belém), qui propose des burgers, dont un végétarien (à adapter en enlevant le fromage).

Jour 3 : Sintra

Le « paysage culturel » de Sintra est classé au Patrimoine Mondial de l’UNESCO ; la ville est accessible en train, depuis la gare de Rossio (durée : 30 min / 4,80 € aller-retour). Si vous pouvez choisir, je vous conseille d’y aller un jour de ciel bleu ; nous avons eu un temps très gris pendant toute la journée ce qui, en dehors des photos un peu fades, nous a un peu limité la superbe vue depuis les hauteurs de la ville.

Une fois à la gare de Sintra, vous vous ferez accoster par des dizaines de chauffeurs de taxi et de tuk-tuk, qui vous proposeront des circuits touristiques dans la ville pour un prix exorbitant (minimum 30 € / personne). Franchement, il n’est absolument pas nécessaire de s’y attarder, tant il est facile de se déplacer par ses propres moyens.

Tous les lieux touristiques de Sintra sont accessibles par les lignes de bus locales, qui suffiront pour vous emmener où vous voulez dans la même journée. Ils fonctionnent avec un système de Hop on / Hop off : vous montez et descendez où vous voulez. Par contre, il faut prendre un billet pour chaque ligne que vous emprunterez (en une journée, nous en avons pris deux).

Quinta da Regaleira

Nous avons commencé notre journée par le Domaine de la Regaleira (Quinta da Regaleira) et nous avons bien fait, parce que nous y sommes restés au moins 3 bonnes heures. L’entrée se situe plus haut que là où vous dépose le bus (il faut remonter le mur du Palais sur la droite, l’entrée est après la cafétéria). Le domaine est IMMENSE, pensez donc bien à prendre une carte à l’entrée.

Nous avons donc tourné et retourné dans les jardins du domaine et ne nous y sommes pas ennuyés une seule seconde. Ils sont superbes, luxuriants et dégagent une atmosphère très… spéciale. Magique. Perturbante. Le domaine a été construit par un millionnaire (que je soupçonne d’être fou) à la fin des années 1800.

Il existe plusieurs chemins souterrains, qui emmènent d’un point à l’autre des jardins. Il y fait noir, humide, on n’en voit pas le bout, mais rassurez-vous, même moi, claustrophobe, j’y suis allée sans problème. L’un de ces chemins (accessible depuis le Portail des Gardiens) mène au puits initiatique, qui ressemble à une tour inversée. L’escalier qui y descend « conduit » symboliquement l’initié des ténèbres vers la lumières en passant par plusieurs « paliers » (9 en fait), qui débouchent quand même à 27 mètres de profondeur.

Cette tour est la version achevée ; sa petite sœur, la « version test », se situe un peu plus loin. Moins impressionnante, elle est tout aussi sympa à visiter car elle fait un peu office de brouillon.

Si vous vous en sentez le courage, vous pouvez continuer le tunnel, au fond du puits, qui vous emmènera à une cascade. Attention, le seul moyen d’en sortir à ce niveau sera alors de passer par un petit pont de pierres, entouré d’eau (et de vase). Il vaut mieux avoir un bon sens de l’équilibre, surtout qu’il n’y a pas la place de croiser quelqu’un qui viendrait de l’autre sens. Personnellement, je n’ai pas pris le risque.

Plus bas dans le parc, on arrive à une petite chapelle blanche et au Palais en lui-même. Malheureusement pour moi, après plusieurs heures à vagabonder dans le Domaine, la faim se faisait trop sentir pour aller jusqu’au Lac. La cafétéria sur place étant, évidemment, hors de prix, nous avons repris le bus pour le centre-ville. A refaire, je prévoirais de quoi manger à l’intérieur pour y passer plus de temps.

En pratique :

  • Ticket d’entrée : 8 € adulte / 5 € étudiant / gratuit – 8 ans
  • Horaires : 9h30 / 20h en été, 9h30 / 18h en hiver
  • Comment y accéder : bus 435 (2,5 €)

Palacio Nacional

Nous sommes juste passés devant, sans en visiter l’intérieur. Sinon, il faut prévoir deux bonnes heures pour en faire le tour.

Si vous avez plus de temps :

  • Ticket d’entrée : 9,5 € adulte / 5 € audioguide
  • Horaires : 9h30 / 19h en été, 9h30 / 18h en hiver
  • Comment y accéder : bus 434 (5) et bus 435 (2,5 €)

Castelo dos Mouros

Malgré ce qu’on pourrait croire, il se s’agit pas d’un château, mais d’un poste avancé de garde. Situé sur le point le plus haut de la région, il offre une vue imprenable sur tous les environs (et même jusqu’à l’Océan si le temps le permet).

J’ai appris trop tard qu’il existait un parcours d’accrobranche autour des remparts ; une bonne raison d’y retourner.

En pratique :

  • Ticket d’entrée : 7,50 € adulte / 5 € étudiant / gratuit – 8 ans
  • Horaires : 9h30 / 20h en été, 9h30 / 18h en hiver
  • Comment y accéder : bus 434 (5) – Attention, si le bus dépose devant l’entrée, il faut encore grimper 10 bonnes minutes pour accéder aux remparts.

Que voir d’autre à Sintra ?

Si nous avions eu plus de temps, j’aurais passé deux jours à Sintra et y aurait rajouté :

Manger vegan à Sintra

Il y a beaucoup de restaurants en terrasse autour du Palacio Nacional, au centre-ville. Nous avons mangé au Bristol (16 / 22 rua Visconde Monserrate) ; je crois que je n’avais jamais aussi mal mangé pour aussi cher. Il était impossible d’adapter le moindre plat et aucune alternative n’était proposée. Après avoir payé 9 € une assiette de frites et une salade de tomates, j’ai comblé ma faim au Puya Sabok (6 rua Largo Dr. Gregório de Almeida), qui propose des crêpes et des wraps à personnaliser. En me promenant dans les rues alentours, j’ai aussi vu que certains restaurants sur la Praça Repùblica proposaient des plats végétaliens à la carte.

Sortir à Lisbonne

Lisbonne est une ville très festive et animée le soir. La majorité des bars et boites de nuits se concentre autour de la place Cais do Sodré ou un peu plus haut sur la place Luís de Camões. Il faut compter environ 2 ou 3 € pour une pinte de bière et environ 5 ou 6 € pour un cocktail. La plupart propose des happy hours jusqu’à 20 h.

Nous avons aussi participé à un pub crawl, le Wild Walkers Tour. Pour une quinzaine d’euros, ils proposent de découvrir 3 bars du coin (généralement différents chaque soir) dans lesquels un shooter ou un cocktail est offert. Les participants au pub crawl ont aussi souvent des réductions sur le reste des consommations du bar. A la fin, tout le groupe se retrouve en boîte de nuit pour finir la soirée.

En toute honnêteté, l’ambiance dans les bars étant souvent très bonne, nous ne sommes pas arrivés jusqu’en boîte. Il faut dire aussi que leur système de paiement nous a refroidis : à l’arrivée, ils vous donnent une carte, qui enregistre vos consommations. En partant, vous rendez la carte et payez ce que vous avez consommé. On ne se rend donc pas compte de l’argent qu’on dépense. Si vous perdez la carte, un forfait de 100 € est appliqué.

La société Wild Walkers Tour propose aussi des visites guidées et gratuites dans la ville, mais nous n’avons pas eu le temps d’en profiter.

Se déplacer

Lisbonne est une ville à taille humaine ; si cela ne vous dérange pas, toutes les visites peuvent se faire à pied (hormis le quartier de Belém et la ville de Sintra, pour lesquels il faudra prendre un tramway ou un train).

Sinon, le réseau de métro, bus et tramway vous emmènera où vous voulez. Il suffit d’acheter une carte de transport Viva Viagem (0,50 €) et d’y charger le montant que vous désirez (un trajet coûte environ 1,40 €). Il existe aussi des pass 24h qui permettent de prendre tous les transports, de façon illimitée, pendant toute une journée, mais ils ne sont pas vraiment intéressants si vous restez en centre-ville. Le site Lisboheme explique très bien tout ça.

Le réseau de transports nocturnes est aussi très bien développé et régulier. Mais, encore un fois, vu le prix des taxis, ce serait dommage de s’en passer.

Attention : Auparavant, le montant déposé sur la carte était remboursé si vous rendiez la carte à votre départ. Mais ce n’est plus le cas depuis quelques mois. Il faut donc bien faire attention à ne pas trop charger d’argent dessus à chaque fois.

Bilan et budget pour un week-end à Lisbonne

Nous sommes partis en novembre 2016 avec la compagnie TAP Portugal ; le vol aller-retour nous a coûté 162 € / personne, sachant que nous sommes partis le jeudi à 18 h (veille de jour férié) et revenus le dimanche à 18 h. Il est évidemment possible de trouver moins cher en étant moins regardants sur les horaires.

Une fois sur place, nous avons dépensé environ 53,40 € / jour / personne, sans se priver (je ne compte pas le premier jour, car nous sommes arrivés tard dans la soirée et n’avons donc rien fait). Si nous avions voulu faire un effort sur le budget (c’est-à-dire ne pas manger tous les jours au restaurant et sortir tous les soirs sans compter), nous aurions pu économiser facilement 10 € / jour / personne.

La première fois, nous avions loué un appartement sur Air Bnb, à l’écart du centre-ville. Pour notre seconde visite, nous avons préféré réserver un dortoir dans une auberge de jeunesse en plein quartier du Baixia-Chiado, le Lisb’on Hotel. Petit déjeuner copieux offert, chambres impeccables, billard, immense cuisine équipée, grande terrasse avec vue sur les toits et le Tage, jardin avec transats, bref, on n’aurait pas pu trouver mieux, pour 14 € / nuit / personne.

En résumé, la ville est parfaite pour un court week-end en Europe, toute l’année. Que ce soit d’un point de vue culturel, historique ou festif, vous y trouverez forcément votre bonheur.

2 Commentaires

  • Répondre Itinera Magica 16 janvier 2017 at 12 h 46 min

    Merci pour cet article passionnant et super complet ! moi aussi j’ai adoré Lisbonne, j’en garde un souvenir merveilleux.
    J’adore tes photos de Sintra…

    • Répondre Agnès 16 janvier 2017 at 12 h 57 min

      Merci pour ton commentaire ! Le ciel gris assombrit un peu le rendu, mais ça donnait une atmosphère unique dans la ville. En tout cas, je compte bien y retourner pour faire ce que je n’ai pas encore pu visiter !

    Répondre