Brésil

Rio de Janeiro : La plage d’Ipanema

10 juillet 2017

Après 12 h 30 de vol et une petite escale à Lisbonne, nous voici arrivés à Rio de Janeiro qui, précisons-le, n’est PAS la capitale du Brésil. Nous avions prévu d’y passer une petite semaine, le temps de se remettre du décalage horaire (et de comprendre que, ça y est, on était partis !), mais nous y sommes finalement restés plus de 10 jours. Nous avons atterri aux alentours de 7 h du matin, avec une température de déjà 27 degrés ; on ne le savait pas encore, mais cette chaleur allait vite nous être insupportable.

Première partie du carnet de voyage au Brésil, du 24 mars au 15 avril 2017.

Cet article est décomposé en trois parties :

    1. Carnet de voyage
    2. Infos pratiques
    3. Manger vegan à Ipanema

Partie 1 / Carnet de voyage

Après notre départ précipité (l’article de nos péripéties paraitra très bientôt), nos 3 premiers jours à Rio ont été plutôt calmes. Nous avons voulu prendre du temps pour nous reposer et n’avons donc pas enchaîné les visites de suite. En fait, nous n’avons même rien fait pendant 3 jours. Et ça fait du bien !

Bon, cette information est aussi à mettre en relation avec le fait que Michaël a expérimenté, dès le départ, un bon coup de chaleur et une crise urticaire allergique. Autant dire qu’on a évité de crapahuter dans Rio, ce qui aurait été le coup de grâce. Si vous êtes plutôt sensible aux températures (très) élevées, je ne peux que vous conseiller de rester au frais les premiers temps, pour éviter épuisement et nausées.

Après ça, on a enfin pris la direction des fameuses plages de Rio. Nous sommes allés à Ipanema un dimanche après-midi et avons pu découvrir un week-end au milieu des cariocas, tous assis sur le sable chaud, entre amis ou en famille. La plage, ici, est un lieu de rencontre comme un autre et il y a plus d’habitants de la ville que de touristes. C’est un spectacle très animé, entre les vendeurs ambulants qui marchent à longueur de journée sous un soleil de plomb pour vendre des globos (une espèce de biscuit rond, salé ou sucré) ou des boissons fraîches (surtout des caïpirinhas), les jeunes qui jouent au foot, les familles qui se baignent avec leurs enfants, les groupes d’amis qui se dragouillent. Ici, on découvre le culte du corps brésilien : bronzé et huilé, on se montre et on s’expose.

Bref, tout le monde est là, se montre, se mélange, dans un joyeux capharnaüm. Je n’ai malheureusement pas de photos de cette ambiance, ayant préféré faire des photos à un moment un peu plus tranquille. D’ailleurs, on pourrait croire, aux photos, qu’il fait tout le temps gris… Mais pas du tout. Disons simplement que, les jours de beau temps, on allait farnienter à la plage 🙂

A propos de la plage d’Ipanema

L’une des plus belles plages de Rio, et aussi celle que nous avons toujours choisie pour nous baigner. La plage est très propre et on y trouve toujours une petite place le week-end (la semaine, le problème ne se pose pas).

Attention, cependant, les vagues et les courants sont très forts à Ipanema ; on déconseille aux mauvais nageurs et aux enfants de s’éloigner du bord. D’ailleurs, on déconseille aussi de se baigner avec ses lunettes de soleil, au risque de les perdre, ce qui pourrait sembler logique à tout le monde, sauf à Michaël.

La plage offre un très beau point de vue sur le Mont des Deux Frères (Dois Irmaos) ; il est possible d’y monter pour avoir l’un des plus beaux de panoramas de Rio. Malheureusement, le mauvais temps nous a empêché d’y aller, mais à écouter les autres voyageurs croisés en route, c’est vraiment à faire.

Si vous souhaitez le faire, je vous conseille d’y aller dès le matin, pour ensuite profiter de la plage l’après-midi. Le soir, prenez la direction de la Pedra Do Arpoador, à l’autre extrémité de la plage, pour assister au coucher du soleil. Les nuages nous ont empêché de voir le spectacle (décidément), mais la vue est tout de même magnifique.

Partie 2 / Infos pratiques

Accéder au quartier d’Ipanema

La plage d’Ipanema est facilement accessible en métro (ligne 4, station Nossa Senhora da Paz) et dispose de toutes les infrastructures nécessaires pour y passer la journée. Les rues aux alentours sont pleines de boutiques et de restaurants, des plus luxueux au plus modestes.

Se rendre à la plage

On nous avait sagement conseillé de laisser nos affaires de valeur à l’hôtel. Une après-midi à la plage, à Rio, se fait donc avec son paréo sur l’épaule (ne t’avise pas de ramener une serviette de bain, pauvre fou), une paire de tongs et 50 R$ (environ 15 €) en cas de besoin. Si on préfère, on peut aussi louer un parasol et une chaise en toile à l’une des nombreuses « baracas », dont les loueurs ne manqueront pas de vous alpaguer à votre arrivée.

Où loger à Ipanema ?

Nous avons pu essayer deux hôtels dans ce quartier :

  • El Misti Hostel, vraiment bien situé à deux pas de la plage et de nombreux commerces. Les chambres sont petites mais propres. L’hôtel a également un bar qui propose des boissons pas trop chères. Nous avons payé la nuit 60 R$ (environ 17,50 €) chacun dans un dortoir de 8 personnes.
  • La Pousada Bonita, un peu plus excentré. Le soir où nous y étions, il y avait une fête familiale, on n’a donc évité les parties communes. La chambre était petite et la climatisation faisait un bruit d’enfer, mais le petit-déjeuner buffet était complet. Nous avons payé la nuit 133 R$ (environ 39,23 €) pour une chambre double avec salle de bain commune.

Partie 3 / Manger vegan à Ipanema

Les alentours de la plage d’Ipanema sont, sans hésiter, les plus fournis en termes d’alternatives végétaliennes. Quand nous avons quitté ce quartier pour celui de Santa Teresa, il nous restait encore, au moins, deux adresses à essayer. Une bonne raison d’y revenir. En attendant, petite description de ceux que nous avons pu tester.

HARE BURGER (Restaurant végétarien avec alternatives végétaliennes)

Alors là, quel n’a pas été notre bonheur d’apprendre qu’une chaîne de hamburgers végétariens s’était installée à Rio (et je crois même dans d’autres grandes villes du Brésil). Ils ont même un burger vegan, le « Quinoa Solar Vegano », composé de pain intégral, d’un steak de quinoa à la patate douce (je n’avais jamais envisagé ce mélange, mais c’est une réussite), d’accompagnements standards (oignons rouges, carotte rapée, tomate, salade) de fromage vegan et d’une sauce à la papaye (oui, très étrange).

Autant dire qu’il était succulent : le pain se tenait, le steak était moelleux et pas du tout sec, la sauce était juste bien dosée. Bref, un bonheur. Seul petit bémol : ils ne proposent que des jus de fruits en boissons. Leur dessert (un cookie au chocolat) est aussi vegan. Et il porte très bien son nom, de choco monster.

Au total, notre repas nous aura coûté 55,70 R$ soit 16,43 € pour deux, boissons comprises.

RUFO’S LEV (Restaurant avec alternatives végétaliennes)

Nous cherchions désespérément quelque chose à manger, un dimanche soir, quand nous sous sommes arrêtés, sans grand espoir, dans ce restaurant situé dans le quartier d’Ipanema. Je m’apprêtais à prendre une simple barquette de frites, quand nous repérâmes (huhu) un burger végétal, là, au milieu du menu.

Après avoir eu confirmation qu’il n’y avait ni fromage, ni œuf, ni rien d’animal, on a tous les deux opté pour cette option. Bon, déjà, il était censé y avoir de la salade croquante, mais notre burger n’était constitué que de pain et d’un « steak » végétal. Je vous laisse imaginer la sécheresse du truc. Heureusement, ils nous ont gentiment donné (à notre demande) du ketchup pour alléger un peu le tout. Je n’ai donc pas pris de photo de cette merveille, mais j’ai au moins la carte !

D’ailleurs, en mangeant, on s’est aperçus qu’ils faisaient aussi un sandwich vegan (à la banane, mais il s’agit de la banane plantain, très souvent cuisinée salée au Brésil) et on se voyait déjà venir le goûter le lendemain. Malheureusement, Michaël a commencé à ne pas se sentir très très bien au fur et à mesure du repas, et n’a pas pu finir son plat. Ne sachant pas si c’était une intolérance ou une allergie, dans le doute, nous n’y sommes pas retournés. Je tiens à préciser quand même que je n’ai été ni malade, ni barbouillée (mais j’ai l’estomac un peu plus solide aussi).

Au total, notre repas nous aura coûté 66 R$ soit 19,50 € pour deux, boissons comprises.

DELIRIO TROPICAL (Restaurant avec alternatives végétariennes et végétaliennes)

Nous avons mangé deux fois dans ce restaurant, situé à deux pas du poste 9 de la plage d’Ipanema. Il se présente sous la forme d’un buffet, devant lequel vous passez avec votre plateau et choisissez ce que vous voulez mettre dans votre assiette. Il y a deux systèmes de prix :

  • Pour les entrées et accompagnements : le prix est fixe selon que vous preniez 1, 2 ou 3 accompagnements,
  • Pour les « plats principaux » (qui varient, selon le jour, entre des tartes, des quiches, des steaks…) : le prix est variable selon celui que vous choisissez : vous pouvez aussi ne prendre que des accompagnements si vous le souhaitez.

L’avantage de ce buffet est qu’il propose une grande variété de plats, signalés par un logo selon qu’ils soient végétariens (indiqué par le logo d’une feuille) ou végétaliens (indiqué par le logo d’une bouteille de lait). Il suffit donc de demander les plats qui affichent les deux logos ensemble (et faire attention à ce qu’il n’y ait pas d’œuf).

Le premier jour, j’avais choisi un steak de lentilles avec une salade de haricots blancs (succulente) et une ratatouille (pas très bonne). Hormis la ratatouille, j’ai très bien mangé. J’ai pu commander, en prime, un gâteau à la banane végétalien ! Attention, les desserts ne sont pas indiqués, il faut demander lesquels sont vegan.

La deuxième fois, j’avais repris des haricots blancs (toujours aussi bons) et une salade de pâtes, avec le plat du jour, qui était un pavé aux lentilles corailles (j’ai oublié de prendre une photo pour celui-ci).

Bref, une très bonne alternative, en plein cœur du quartier d’Ipanema, entre deux séances de plage.

Au total, nos repas nous auront coûté, en moyenne, 88,50 R$ soit 26 € pour deux, boissons comprises.

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Répondre