Chine

Les pandas de Chendgu

12 octobre 2016

Après une semaine de « vacances » bien méritées, j’avais prévu de passer environ 4 jours à Chengdu pour visiter les environs et, surtout, aller voir les pandas, le « Trésor National » du pays. Encore une fois, je m’attendais à une mignonne petite ville de campagne, mais en tant que capitale du Sichuan, elle compte en réalité environ 9 millions d’habitants. Je comprends de mieux en mieux la grandeur de l’Empire du Milieu.

Où aller voir les pandas ?

J’avais jeté mon dévolu sur la ville de Chengdu pour son Centre de Recherche sur le Panda géant, un organisme qui se concentre sur l’étude et la reproduction des pandas. J’étais donc attirée par l’aspect pas trop « commercial » de la chose.

Deux trois lectures sur la panda m’apprennent que, étant carnivore mais se nourrissant exclusivement de bambous, il a des réserves énergétiques très faibles et s’endort donc de suite une fois son énorme repas pris. Le centre commence le nourrissage à 9h, je décide donc d’y être pour l’ouverture.

Le ticket d’entrée, à 88 Y, permet de se promener librement dans tout le parc, qui abrite également d’autres animaux. Bien évidemment, je conseille d’aller voir directement les pandas, avant qu’ils ne s’endorment. Pensez à bien prendre une carte à l’entrée car le lieu est juste immense.

Le Centre de Recherche

La majorité des touristes s’étant dirigés directement vers les plus jeunes, j’ai eu la chance d’observer, toute seule, le panda le plus connu du parc, la femelle Mei Lan. C’est elle qui a été choisie par la WWF comme Ambassadrice de la Earth Hour (vous savez, cette heure où on doit éteindre toutes nos lumières pour la planète).

Et bien laissez-moi vous dire que les pandas n’ont pas une journée particulièrement chargée. J’ai passé de longues minutes à regarder Mei Lan grignoter ses bambous, affalée contre sa pierre, puis taper dans un seau bleu pour faire le plus de bruit possible. Tout un programme.

Puis je me suis dirigée vers l’enclos de Yuan Zi et Yuan Yuan, à l’époque où ils étaient tous jeunes et en Chine (il s’agit du couple qui a été précieusement confié au parc de Beauval). Comme il était encore tôt, ils restaient au chaud dans leur enclos intérieur, en train de jouer comme des chiffonniers. J’ai donc pu les regarder se battre pendant 5 bonnes minutes avant d’être appelés par leur soigneur pour le petit déjeuner.

Sur le reste de mon trajet, je suis finalement tombée sur l’enclos des plus jeunes, qui avait fini de manger et étaient partis se coucher au sommet des arbres. Oui.

Chengdu 4

Et enfin, sur le chemin du retour, j’ai pu découvrir les pandas roux, une espèce que je ne connaissais pas (la mascotte de Mozilla, pour les plus curieux). Ils vivent en troupe et n’ont pas l’air d’avoir les mêmes problèmes de reproduction que leurs cousins.

En conclusion, j’étais ravie de découvrir cette espèce si mystérieuse. Cependant, le parc m’a laissé un petit goût amer : il doit y avoir des centaines d’hectares d’herbes et de chemins bétonnés, alors que les pandas ont des enclos relativement petits. Peut-être y-a-t-il une raison que je ne connais pas (accès aux soins ? surveillance ?), mais j’ai surtout eu l’impression d’être dans un zoo, et non un centre de conservation.

Quoi faire d’autre à Chengdu ?

J’ai eu surtout du mauvais temps à Chengdu, alors je n’ai pas pu beaucoup visiter.

Je suis néanmoins partie voir la Grand Bouddha de Leshan (ticket : 90 Y), l’un des plus grands Bouddha du monde (71 mètres de hauteur quand même). Il est accessible en une petite heure depuis Chengdu (46 Y le ticket de bus).

La légende raconte que la rivière Min, située en contrebas, provoquait le naufrages de nombreux bateaux à cause de ses tourbillons. Un moine a alors décidé de construire un immense bouddha pour protéger les navires. Au cours de la construction, les débris de pierre ont été jetés dans la rivière, comblant des trous et stoppant les tourbillons. Grâce au Bouddha, les bateaux ont donc pu emprunter la rivière sans danger.

Comme dans toutes les grandes villes, la vie nocturne est très développée. En plus de ça, les touristes ne restent pas longtemps sur place, donc les locaux sont ravis de nous accueillir dans leurs soirées. Généralement, elles sont gratuites (boissons comprises) pour les occidentaux.

Bilan et budget

J’ai passé de très bons moments dans cette ville, quand même un peu trop moderne pour moi. Je la conseille néanmoins car elle est peu touristique et très animée. J’y ai dépensé, en moyenne, 26,50 € / jour.

J’ai logé pendant tout mon séjour au Hello Chengdu International Youth Hostel (45 Y / nuit en dortoir de 6), que je conseille fortement : joli jardin intérieur, des rideaux aux lits, une salle de bain dans les dortoirs, un restaurant assez complet et assez proche du métro.

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Répondre