Histoires de voyageuses

Interview : Roxanne, 23 ans, 3 mois au Togo

28 juillet 2017

Comme tous les vendredis, je vous propose de découvrir aujourd’hui le portrait d’une voyageuse en solitaire : Roxanne, qui est partie à 23 ans découvrir le Togo pendant 3 mois. Son histoire est particulière, car elle ne devait, à la base, pas partir seule…

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour à tous et toutes, je m’appelle Roxanne et j’ai actuellement 23 ans. Je suis belge et j’habite dans la province de Liège. J’ai fait des études en tourisme, avant tout pour les voyages (une des raisons principales pour laquelle la majorité des personnes commencent ces études).

J’ai eu l’occasion de visiter une quinzaine de pays mais toujours en Europe et toujours avec une deuxième personne minimum. Ça passe de city-trip en auberge, en couchsurfing ou en appartement hôtel, en camping (parfois sauvage) ou en airbnb.

En 2016, j’ai pu découvrir Varsovie sous la neige (auberge de jeunesse), le Togo (c’est de ce voyage que l’article va parler), l’Irlande en road trip en sac à dos, Porto en hôtel pour l’anniversaire de ma maman et Copenhague en city-trip avec des amies.

Bref, j’aime m’adapter à toutes sortes de logements et de modes de transports. Mais pour moi, la simplicité est ce qui a de mieux. Puis, il faut dire ce qui est, salaire d’étudiante, donc petit budget.

Pourquoi, quand et où es-tu partie seule ?

Pour le stage de dernière année (de mars 2016 à juin 2016), on avait le choix entre n’importe quel pays du monde. C’est sans hésiter que j’ai voulu découvrir un pays africain. Mon parrain ayant déjà énormément voyagé en Afrique, il m’avait raconté beaucoup d’histoires sur ses périples. J’avais envie de découvrir cette culture, voir d’autres paysages et surtout, sortir du confort que l’on a ici, en Belgique.

Mon choix s’est porté sur le Togo, petit pays situé entre le Ghana et le Bénin. Très peu de personnes le connaissent et il y a très peu de renseignements sur internet et de guides touristiques sur cette région.

Ayant peur de partir seule et voulant partager cette expérience avec quelqu’un, j’en ai parlé à une amie de ma classe qui a tout de suite été tentée de partir avec moi. L’idée était donc de partir ensemble pendant 3 mois et demi au Togo. La préparation du voyage n’a pas été super évidente, dû au manque d’informations, mais on avait les idées principales.

Une fois le passeport, le visa et nos billets en poches, nous étions prêtes à nous envoler vers cette nouvelle aventure qui nous attendait !

Y-a-t-il eu des choses qui t’ont fait peur avant de partir ?

Alors, avant de partir j’avais assez peur de ne pas m’habituer à la chaleur, à la nourriture et à la différence de confort. J’avais aussi une appréhension pour le trajet (n’étant jamais sortie de l’Europe, je n’avais jamais pris de vol long-courrier) et, surtout, je n’étais jamais partie autant de temps, aussi loin de chez moi.

Comment ont réagi tes proches à l’annonce de ton projet ?

J’ai eu beaucoup de réactions du style « Mais pourquoi es-tu obligée d’aller en Afrique ? » ou encore « Tu vas te faire kidnapper » etc. Ça m’a plus déçue qu’autre chose : j’aime les personnes ouvertes d’esprit et c’était assez triste de voir que des personnes de mon entourage étaient si fermées.

Par contre (et heureusement), j’ai eu plusieurs messages qui m’encourageaient et voulaient découvrir mon projet, où j’allais vivre pendant ces différents mois etc.

Mes parents étaient assez inquiets, mais ils m’ont quand même laissé partir. Je ne les remercierais jamais assez pour ça.

Peux-tu nous raconter ton arrivée et tes premiers jours ?

Une fois arrivées à destination, c’était vraiment incroyable ! Un autre monde ! Je m’étais imaginée tout un décor par rapport à ce que j’avais lu, ce que j’avais vu en quelques photos etc. Mais ça n’avait quasiment rien à voir ! L’ambiance était vraiment indescriptible et c’est impossible de mettre des mots sur les sensations que l’on ressent car si on ne les a pas vécues, on ne peut s’en rendre compte !

J’étais excitée à l’idée de découvrir toutes les belles choses qui nous attendait ! Hélas, après une semaine, mon amie a dû retourner en Belgique. Et là, ça a été le changement total. Je m’étais préparée à partir à deux mais, du jour au lendemain, je me suis retrouvée seule, « livrée à moi-même ».

Deux choix s’opposaient alors à moi : rentrer également en Belgique et continuer mon stage dans un autre endroit ou alors continuer mon voyage et mon aventure en solo et au Togo.

Qu’as-tu choisi de faire ?

J’ai décidé de rester. A partir de ce moment-là, une nouvelle aventure commençait pour moi.

Certaines personnes pourraient penser que c’était plus « facile » d’être mise devant le fait accompli que de préparer un voyage en solo. Mais ça a été très difficile au début. Je n’avais pas imaginé vivre les moments seules, ne pas pouvoir concerter quelqu’un face à une décision à prendre ou encore faire totalement confiance à des gens que je ne connaissais pas du tout. Bref, beaucoup de questions trottaient dans ma tête.

Mais au fur et à mesure des jours, je me suis sentie super bien. C’était totalement une autre aventure que de voyager avec quelqu’un. C’était nouveau pour moi et même si ce n’était pas prévu, j’ai trouvé énormément de positif dans le fait d’être « seule ».

Peux-tu nous résumer ton voyage ? Qu’as-tu vu / fait / visité ?

Je logeais, vivais et travaillais dans une association togolaise qui œuvre pour la protection de l’environnement ainsi que le développement touristique.

On avait une pièce principale et chacun une chambre dans laquelle se trouvait uniquement un matelas et une table. Assez restreint, mais il n’y avait pas besoin de plus. Nous étions 7 à loger et vivre au sein de l’association, mais en journée comme en soirée, nous étions toujours une dizaine minimum.

C’était souvent la fête le soir. Tam-tam, chansons, danses et souvent du sodabi (alcool local assez fort).

J’ai eu l’occasion de faire des randonnées dans la jungle, des visites botaniques, de visiter différentes villes et villages, d’apprendre énormément de choses sur la culture togolaise (africaine) et sur le vaudou, assister à des rites et coutumes, partager les repas avec des familles, goûter du varan et du rat, danser pieds nus sur des raggae, partir en sac à dos et faire du stop, découvrir la fabrication de mosaïques, avoir la chance de passer Pâques là-bas, goûter (encore et encore) du sodabi, etc.

Je pourrais parler pendant des heures de toutes les choses que j’ai pu faire et voir. Chaque jour était une nouvelle journée de découvertes. Et je peux dire que chaque jour, il se passait quelque chose de nouveau.

As-tu une anecdote ou une rencontre particulière que tu aimerais raconter ? Ton meilleur souvenir ?

J’ai beaucoup d’anecdotes, mais la plus grosse reste mon accident de moto.. Et oui, un « simple » accident qui m’a valu une opération d’urgence dans la brousse (dans un dispensaire du village où je me trouvais) et un rapatriement en Belgique, 3 jours après l’accident. Mon voyage s’est écourté après 1 mois ! Je passe tous les détails mais le décalage entre ici et là-bas est énorme et on le constate surtout aux soins de santé ! L’ambulance qui tombe en panne, des questions médicales simples mais sans réponses, j’en ris beaucoup (maintenant) de mon « expédition » à « l’hôpital ». Même si sur le moment je ne pensais pas survivre !

Ça m’a énormément fait grandir, car j’ai vu de quoi j’étais capable et de ce à quoi mon corps pouvait résister ! J’ai quand même une bonne étoile car au final, je m’en sors sans aucune cicatrise ni séquelle.

Concernant les souvenirs, chaque journée est un magnifique souvenir. Si je ne devais en citer que quelques-uns, je dirais la fois où Tcheki (un des deux fondateurs de l’association) m’a offert un bracelet qu’il a baptisé afin qu’il me protège toujours où que je sois. Non seulement, je ne m’y attendais pas, mais en plus ça m’a énormément touché qu’il fasse ça ! Puis, le bracelet est tout simplement sublime !

Un deuxième bon souvenir, est lorsque Edouard et moi sommes allés au « restaurant » un soir où on n’avait rien prévu à l’association, il faisait extrêmement noir (car il fait très vite noir et il n’y a pas d’éclairage). Nous avions super bien mangé et nous avions passé la soirée à nous raconter nos vies et nos voyages précédent, ce fut très riche et inoubliable. Nous sommes partis car la bougie était totalement fondue et on ne se voyait plus ! De plus, il pleuvait des cordes.

Un dernier bon souvenir que je vais partager avec vous, se passe dans un mini village dans les montagnes (Sassanou). J’y suis allée avec un autre ami français rencontré là-bas. Il y avait une cascade magnifique, cachée dans la jungle, on s’est allongés sur les roches et tout était calme, avec juste le bruit de l’eau qui coulait. C’était également un moment inoubliable !

J’en ai encore plein d’autres mais ce serait vraiment trop longs à tous les expliquer !

Qu’est-ce qui t’a le plus plu dans ton voyage en solo ? Et dans le fait d’être seule ?

Ma vision du « seule » a beaucoup évoluée car on se rend vite compte que lorsque l’on voyage seule, on ne l’est jamais vraiment. C’était une notion que j’avais du mal à assimiler avant de le vivre. On est beaucoup plus ouverts aux autres personnes, on va beaucoup plus vites vers elles.

J’ai rencontré des personnes merveilleuses avec qui j’ai de magnifiques souvenirs ! Si je ne devais en citer qu’une (car je pourrais écrire pendant des heures sur toutes ces personnes), ce serait sans aucun doute, mon co-stagiaire, Edouard. Etant les deux seuls européens dans une association totalement togolaise et vivant h24 tous ensembles, il est devenu super important pour moi. Toujours là en cas de problème, mais également pour me réconforter dans les moments un peu plus difficiles. Notre complicité n’aurait, certainement, pas été aussi forte si je n’avais pas eu l’occasion d’être seule.

Mais l’énorme point positif, selon moi, est le fait qu’on apprend à se connaitre soi-même. On se trouve totalement. On voit de quoi on est capable, ce que l’on aime réellement, les choses importantes pour nous. On teste et dépasse nos limites ! J’ai adoré !

Etant livrée à nous même, on n’a pas le choix que de devoir se débrouiller et trouver nos propres solutions aux problèmes qui se dressent face à nous. On ne peut que revenir plus indépendante d’un voyage solo.

Est-ce que tu regrettes d’être partie seule ? Y-a-t-il des choses que tu ferais différemment avec le recul ? As-tu rencontré des difficultés du fait d’être en solitaire ?

Certes, j’aurais voulu que Mégane reste ! Je suis super triste qu’elle soit partie. Mais je ne regrette pas d’y être restée, même en étant seule ! Si c’était à refaire je le referais sans hésiter !

Je pense que le premier voyage que l’on réalise en solo, est toujours un peu un « test » car on ne sait pas exactement comment s’y prendre. Mais c’est grâce à ce voyage, que l’on sait mieux s’organiser par après. Simplement, pour les choses à prendre (trop de vêtements, sacs trop lourds, etc.). Mais on ne peut que s’améliorer de voyages en voyages !

Peut-être que je ferai d’avantage attention aux motos (ahah) afin de ne plus écourter mon aventure.

Oui, j’ai rencontré plusieurs difficultés mais c’était également dû à la différence de culture. Les femmes n’ont pas énormément de pouvoir au Togo, et ça, je ne l’ai pas bien vécu car je n’étais pas souvent d’accord avec certains propos et certains actes. Alors quand on est seule, ce n’est pas évident de faire comprendre qu’on ne pense pas et ne vit pas de la même façon dans une autre culture.

Puis par moment, je ressentais un peu le manque de ma famille. Mais ça, c’est parce que je suis très proche d’eux.

As-tu un conseil pour celles qui hésitent à partir seule ?

Foncez ! On ne vit qu’une seule fois ! Et une expérience comme celle-là, il ne faut pas passer à côté ! C’est normal d’avoir peur et d’avoir des appréhensions, surtout avec ce que notre entourage et nos parents peuvent nous dire. Mais il faut tester pour se rendre compte de ce que c’est.

On se sent « libre » et en accord avec soi-même. C’est franchement très chouette !

Pour « y aller en douceur », vous pouvez par exemple, partir à deux et vous séparer pendant une voir plusieurs journées (selon la longueur du voyage). Vous aurez un mini avant-gout de ce que c’est.

Puis, avec toutes les personnes qui voyagent maintenant, vous ne serez jamais complètement seule (Il faut quand même rester prudente, car des risques, il y en a partout !)

As-tu comme projet de repartir en solo ?

Je n’ai pas de voyage solo prévu pour le moment, mais c’est une idée qui ne me déplaît plus et qui est complètement envisageable à l’heure actuelle.

Je cherchais souvent des personnes intéressées pour aller dans tel ou tel pays, mais maintenant, je sais que si personne n’est tenté, je peux très bien y aller seule et vivre quelque chose d’exceptionnel !

As-tu un blog / une page facebook / un compte instagram sur lesquels on peut suivre tes aventures ?

J’ai un compte Instagram. J’hésite à créer un site internet et/ou une page facebook. C’est en cours (ahah). Mais de toute façon, si je les crée, ils seront affichés sur mon Instagram.

J’aimerais finir sur une petite citation que j’aime particulièrement :

« Celui qui voyage sans rencontrer l’autre ne voyage pas, il se déplace. » Alexandra David-Neel

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Répondre