Histoires de voyageuses

Interview : Léa, 20 ans, 1 mois au Cambodge

9 décembre 2016

Comme tous les vendredis, je vous propose de découvrir aujourd’hui le portrait d’une voyageuse en solitaire : Léa, qui est partie à 20 ans étudier en Chine et en a profité pour visiter le Cambodge.

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Léa. J’ai fêté mes 23 ans cette année. Je vis en ce moment à Paris, où je viens de finir un contrat d’alternance dans le cadre de mes études en école de commerce.

J’ai commencé à voyager très jeune, mes parents étant des grands fans de voyage. Je suis partie pour la première fois sans eux à 17 ans (en colo, certes), pour un circuit sur la côte Ouest des USA. En 2013, je suis partie vivre en Chine un an dans le cadre de mes études (une année d’échange universitaire), et j’en ai profité pour bouger un peu en Asie du Sud Est. Depuis que je suis revenue, je pars régulièrement en week-end, plus ou moins loin.

Pourquoi, quand et où es-tu partie seule ?

La première fois que je suis partie seule, c’était donc pendant cette année d’expatriation en Chine, où le Nouvel An Chinois, vers la fin du mois de janvier, occasionne deux mois de vacances. En janvier 2014, j’ai décidé d’aller passer un mois seule au Cambodge. J’ai trouvé un orphelinat sur place dans lequel faire un peu de bénévolat, j’ai échangé quelques mails, et j’ai pris mon billet d’avion.

Pour la question de l’idée de partir seule… elle s’est un peu imposée d’elle-même ! Je m’y suis prise tard, tous les autres expats avaient déjà prévu leur retour en France et/ou leurs vacances. Du coup, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai sauté le pas.

Y-a-t-il eu des choses qui t’ont fait peur avant de partir ?

Bien sûr, je ne partais pas 100 % sereine. C’était ma première fois seule, et ma première fois en Asie du Sud Est. Bizarrement, une des choses qui m’angoissait le plus, c’était de devoir manger seule… ! Finalement, une bonne partie de mes repas s’est faite en compagnie d’autres voyageurs.

Léa 2

Question sécurité, je ne me suis pas vraiment posé de questions… et heureusement, au final. J’étais tellement excitée à l’idée de partir que j’ai un peu occulté les dangers potentiels.

Une chose rassurante, et que je conseillerai à toutes celles qui partent seule pour la première fois, c’était que j’avais un point de chute : j’avais rendez-vous à l’orphelinat pour commencer mes deux semaines de bénévolat, et je savais que dans tous les cas, je ne passerai pas mes premières journées à errer dans Siem Reap. Ça m’a d’ailleurs permis de rencontrer des gens, des locaux et des voyageurs, et rien que pour ça, c’est à refaire.

Comment ont réagi tes proches à l’annonce de ton projet ?

Bien ! J’ai la chance d’avoir des parents très bienveillants sur tous ces points-là : tant que ça peut m’aider à m’épanouir, ils sont derrière moi. Bien sûr, ils ont dû avoir peur, mais ils ne me l’ont pas montré, et je les remercie pour ça. Une fois sur place, je les contactais régulièrement et quand je changeais d’endroit, je les tenais informés…

Qu’est-ce qui t’a le plus plu dans ton voyage en solo ?

De pouvoir faire ce que je voulais quand je voulais ! Si je veux passer ma journée à la plage, si je veux faire une sieste, si je veux errer trois heures dans un marché, si je veux rester une heure à un endroit pour faire des photos… et bien je le fais !

Un autre aspect, peut-être secondaire, mais qui m’a paru important, c’est la question du budget. Je m’explique : quand on part à plusieurs, on n’a pas tous le même budget, certains vont vouloir manger ou dormir exclusivement dans les endroits les moins chers possibles, d’autres seront prêts à payer un peu plus cher pour un peu plus de confort. Je fais partie de la deuxième catégorie (même si ça va peut-être changer.. !), et du coup j’ai apprécié de pouvoir me faire plaisir avec des trucs « chers » quand j’en avais envie.

Sur place, j’ai été transformée… on aurait dit une autre personne !

Léa 1

Enfin, le fait de rencontrer des gens. Je suis quelqu’un de très réservé, et je vais difficilement vers les gens. Sur place, j’ai été transformée… on aurait dit une autre personne ! En plus, quand on est une fille qui voyage seule, les autres viennent très facilement vers nous, et pas avec de « mauvaises » intentions.

As-tu rencontré des difficultés en partant seule ?

Bien sûr, il y a eu des coups de blues, du fait de la solitude – le temps a parfois été long toute seule. Heureusement qu’il y avait Skype et Whatsapp dans ces moments-là. Mais ça n’a pas entaché l’expérience, la preuve, je repars bientôt !

Par contre, s’il y avait quelque chose à changer, je pense que je favoriserais plutôt les auberges ou les dortoirs. Dans les trois villes où je suis passée, j’ai pris des petites guesthouses avec des chambres privées (moi et mes caprices de confort…), et du coup je pense que je n’ai pas rencontré autant de gens que j’aurais pu – même si j’en ai quand même rencontré un paquet.

Même s’il y a eu des moments compliqués, je ne regrette pas une seule seconde.

Par contre, je n’ai eu aucun problème niveau sécurité ou quoi que ce soit. J’ai bien dû me faire arnaquer une ou deux fois, ou me faire draguer un peu lourdement quelque part, mais ça aurait très bien pu arriver en étant à plusieurs.

As-tu une anecdote ou une rencontre particulière que tu aimerais raconter ?

J’ai passé la dernière semaine de mon voyage à Sihanoukville, au bord de la mer. Il y avait des dames qui arpentaient la plage en long et en large, pour proposer des manucures, pédicures et des massages aux vacanciers. L’une d’entre elles m’a particulièrement touchée. Elle s’est arrêtée une fois, elle m’a mis du vernis, et elle est restée plus d’une heure à côté de moi, on a papoté, elle m’a raconté sa vie et celle de ses enfants. Tout le reste de la semaine, à chaque fois qu’elle passait à côté de moi, elle s’arrêtait un petit quart d’heure et on discutait un peu..

As-tu comme projet de repartir seule ?

OUI ! Je pars en janvier ! Je quitte tout, pour une durée indéterminée, et je me tire en Asie ! Je n’ai pas pris de billet retour, et je n’en peux plus d’attendre la date du départ !

As-tu un conseil pour celles qui hésitent à partir seule ?

Allez-y. Foncez. Commencez par une destination « facile », l’Asie du Sud Est par exemple. Je ne connais pas tous les pays de la région, mais le Cambodge me paraît être une très bonne première destination pour un voyage en solo.

Le conseil que je donnerais, c’est de prévoir un point de chute : qu’il s’agisse d’une association, d’un boulot, ou même d’un CouchSurfing, ça permet de s’assurer qu’on ne sera pas totalement seule pour les premiers jours, et ça ouvre la voie à des premières rencontres.

As-tu un blog ou une page facebook sur laquelle on peut suivre tes aventures ?

Bien sûr.  Mon blog : Vio ergo sum / Ma page Facebook.

Vous pourriez aussi aimer

3 Commentaires

  • Répondre My sweet cactus 9 décembre 2016 at 12 h 12 min

    C’est vraiment génial ! Ce genre de voyage ça change pour toujours ! Ça me rappelle mon voyage humanitaire au Burkina Faso : incroyable et inoubliable < 3

    Léa-Marie De http://www.mysweetcactus.com

    • Répondre Agnes 9 décembre 2016 at 12 h 14 min

      Merci pour ton commentaire 😀 Ravie que ça te plaise !
      Si tu veux raconter ton expérience, ce sera avec plaisir que je te poserais des questions !

  • Répondre Julie lit au lit 11 décembre 2016 at 2 h 53 min

    Merci de nous partager ton expérience! Je vais suivre tes nouvelles aventures en Asie.

    Pour ce qui est de dormir en dortoir, je te le suggère pour rencontrer des gens. Une autre chose que j’aime aussi, c’est une chambre dans un Airbnb et établir un lien avec l’hôte.

  • Répondre