Chine

Chine : Bilan et budget (6 semaines)

9 janvier 2017

Il est temps de faire le bilan de mon tout premier voyage en solo ; j’ai passé un peu plus de 6 semaines en République Populaire de Chine et, pourtant, je n’ai vu qu’une infime partie du pays le plus peuplé du monde (et le 3ème plus grand ).

Itinéraire

Si vous les avez loupées, retrouvez le détail de mes différentes étapes en Chine :

Comment se déplacer

Les étrangers non résidents n’ont pas le droit de conduire en Chine, même en possession de leur permis international. On peut donc oublier la location de scooter ou de voiture. Heureusement, les transports internes sont plus que développés et accessibles.

ATTENTION : Il existe une hiérarchie dans la rue, qui donne, dans l’ordre, à peu près ça : camion – bus – voiture – vélo – piéton. Un peu comme une chaîne alimentaire. Si vous êtes piéton, méfiez-vous avant de traverser : les voitures ne s’arrêtent pas (même au feu rouge) et rien ne les empêche de rouler sur le trottoir si ça les arrange.

Taxi / Tuk tuk

Les taxis sont très peu chers, même dans les grandes villes : environ 10 RMB le forfait de base (comprenant 3 km) + 2 RMB par km supplémentaire. J’ai rarement eu à payer plus de 15 RMB (soit environ 1,50 €). Les chauffeurs mettent le compteur sans discuter et je n’ai eu affaire à aucune tentative d’arnaque. Il est très facile de se faire comprendre et d’indiquer sa destination ; en cas de doute, on peut se faire écrire la destination sur un bout de papier (tous les chauffeurs savent lire). Dans le pire des cas, j’ai déjà vu des chauffeurs appeler leurs collègues pour demander leur route ou me passer une personne parlant anglais. Aucune difficulté de ce côté-là donc.

Au niveau des tuk tuk, je les déconseille fortement. Les distances sont élevées en Chine, même dans les villes, et les tarifs au forfait sont souvent très chers. Ça peut être intéressant d’en prendre un ou deux pour se promener de façon originale, dans les lieux touristiques, mais ce n’est pas suffisamment développé pour en faire un moyen de transport comme un autre.

Bus / Train

L’intégralité du pays est desservi par une quantité impressionnante de bus et de trains. Il est très facile de relier n’importe quelle ville depuis n’importe où. Par contre, attention aux temps de trajet : on oublie souvent que, dans un si grand pays, la moindre ville aux alentours est à plusieurs centaines de kilomètres.

Il n’existe pas de plateforme de réservation en ligne (du moins, il n’en existait pas en 2011) ; les réservations se font directement aux guichets, quelques jours en avance (inconvénient en 2011 – je ne sais pas si ça a été modifié depuis – il n’était possible de réserver un billet de train ou de bus que depuis la ville de départ ; impossible donc de réserver les futures étapes de son voyage). Les guichets s’achètent soit dans les gares, soit dans certains points de vente, en ville. Il faut compter environ 30 RMB / 100 km pour un voyage en train.

Quelques petits conseils pour bien se déplacer en Chine :

  • Les employés des gares (ferroviaires et routières) parlent le plus souvent anglais ; en cas de doute, pensez quand même à vous faire écrire votre destination sur un bout de papier avant de quitter l’hôtel,
  • Si vous êtes sensible, ne prenez pas le bus pour les longues distances : j’en étais à me demander s’il existait un permis de conduire chinois (spoiler alert : oui),
  • Il existe 4 classes de voyage : assis dur, assis mou, couché dur, couché mou. Aucun intérêt à prendre le couché mou, il  n’est pas beaucoup plus confortable que le couché dur, qui est déjà très bien,
  • Mieux vaut prendre la couchette du haut pour éviter d’avoir des personnes qui s’assoient / mangent / posent leurs affaires dessus,
  • Les trains sont très lents (environ 50 km / h) mais très ponctuels : ils arrivent et repartent pile à l’heure.

Avion

J’ai pris deux vols intérieurs pour réduire mes temps de trajet :  Hangzhou / Guilin et Guilin / Chengdu (les distances étaient beaucoup trop importantes pour être parcourues en train ou en bus). Chaque billet m’aura coûté entre 20 et 40 € de mémoire. Les avions sont très récents, en parfait état et le pays est très bien desservi.

Mon top / flop de la Chine

Ce que j’ai aimé :

  • Les paysages : dans un même pays, il est possible de voir des rizières, des montagnes, des plages… Bref, la Chine a plus d’un tour dans son sac.
  • La nourriture : du Nord au Sud, les spécialités culinaires changent. Très épicé et coloré dans le Sud, plutôt traditionnel dans le Nord, je n’ai eu aucun mal à m’adapter et à trouver mon bonheur. Je ne suis jamais tombée malade et la plupart des restaurants sont très bon marché.
  • La population : les Chinois sont des personnes généreuses, accueillantes et très curieuses. J’ai dû poser pour des photos une bonne centaine de fois. Ils n’hésitent pas à partager un repas, à offrir à boire ou à vous sourire sans arrière pensée. Pas une seule fois je ne me suis sentie en insécurité (sauf en tant que piéton…) ou arnaquée ; ce doit être l’un des derniers pays d’Asie où les étrangers ne sont pas vus comme des porte-monnaie géants.
  • La facilité pour se déplacer : l’intégralité du pays est très bien desservi. Les transports sont lents mais irréprochables ; d’ailleurs, j’ai entendu dire qu’ils avaient modernisé toutes leurs infrastructures de chemins de fer, ce qui devrait encore plus faciliter les déplacements.
  • La vie nocturne : et oui, étonnamment, les bars et boites sont très répandus. N’y comptez pas dessus à Pékin, mais dans la majorité des autres grandes villes, c’est « free alcool for foreigners ».

Ce que j’ai moins aimé :

  • Du monde, partout, tout le temps : oui, c’est le pays le plus peuplé du monde et ça se voit. Quand vous pensez arriver dans une petite ville de campagne, il s’agit en fait d’une mégalopole de plusieurs millions d’habitants. Pour observer des paysages, il faudra vraiment s’éloigner et ne pas hésiter à faire plusieurs dizaines de kilomètres.
  • La population : il fallait bien un envers du décor. Certains Chinois peuvent être sans gêne. Ça ira du crachat devant vous au dépassement dans les files d’attente. Heureusement, je n’ai remarqué ça qu’à Pékin.
  • La pollution : le ciel bleu est rare ici. Il y a plutôt une espèce de brume permanente, dans tout le pays. Si ça gâche certaines photos, on ne la ressent pas plus que ça au quotidien.
  • Payer pour toutes les visites : le moindre parc, jardin, arbre est payant. Mais au moins, c’est parfaitement bien entretenu.
  • La barrière de la langue : si l’anglais y est de plus en plus répandu (les jeunes et les employés des gares le parlent suffisamment bien), il ne faut pas non plus vous attendre à pouvoir discuter avec des locaux en dehors des lieux touristiques. J’ai donc rencontré des plusieurs dizaines de personnes, sans pouvoir échanger avec elles. C’est certainement LE gros point noir du pays.

Le budget

Le taux de change lors de mon voyage était de 1 € = 9,65 RMB (mai 2011).

Quelques idées de prix

  • Une bouteille de soda : 5 RMB
  • Un ticket de métro : entre 3 et 7 RMB
  • Une course en taxi : 12 RMB
  • Une assiette de raviolis dans la rue : 4 RMB
  • Un repas au restaurant (de rue principalement) : 25 / 30 RMB
  • Une nuit en auberge : 40 RMB
  • Une carte sim chinoise : 100 RMB

Budget pour 32 jours sur place

D’abord, il faut savoir que, dans les derniers jours, j’ai arrêté de tenir mes comptes, je n’ai donc aucune idée de mes dépenses pour mes dernières semaines en Chine. Le budget présenté concernera donc les villes de Shanghai, Hangzhou (et l’ascension de Huang Shan), Yangshuo, Chengdu et Xi’An.

Au total, pour 32 jours passés sur place, j’aurais dépensé environ 10 371,20 RMB / 1 074,74 €, soit une moyenne de 33,50 € / jour. Je sais qu’il est largement possible de réduire ce budget, car j’ai dépensé sans compter (aussi bien en activités qu’en sorties et souvenirs). En plus de ça, le cours annoncé par mon guide était largement dépassé et je dépensais donc plus que ce que j’imaginais. Je ne m’en suis rendue compte qu’à Pékin (quand j’ai dépassé les plafonds de ma carte bancaire…).

Bilan de la Chine

La Chine est un pays très souvent délaissé par les voyageurs (surtout les touristes français) ; j’ignore pourquoi, mais il a une très mauvaise réputation. Fermé, étrange, effrayant, j’ai entendu tout et son contraire. Pourtant, malgré ce qu’on pourrait croire, il a énormément à offrir aux personnes qui décident de s’y rendre.

C’est l’un des pays les plus sûrs, les plus accueillants et les plus étonnants que j’ai pu visiter. Là-bas, on ne craint rien ; je n’ai pas entendu parler de vol ni d’agression. Les arnaques sont très rares et les Chinois sont prêts à tout pour vous aider. Bref, j’ai été plus que séduite par ce pays incroyable et ses habitants, qui reste l’un de mes meilleurs voyages. Sa culture est unique et vous y croiserez peu de touristes comme dans d’autres pays d’Asie du Sud-Est.

Vous pourriez aussi aimer

Aucun commentaire

Répondre